1990

Dans tout l’Hexagone

Le millésime 1990 en France est souvent considéré comme un millésime exceptionnel, caractérisé par des conditions météorologiques favorables dans plusieurs régions viticoles. Ce millésime est largement célébré pour la qualité remarquable de ses vins rouges et blancs.

1990 a été marqué par des conditions météorologiques favorables dans de nombreuses régions viticoles, ce qui a conduit à la production de vins rouges et blancs d’une qualité exceptionnelle. Les vins de ce millésime sont souvent recherchés par les collectionneurs et les amateurs de vin en raison de leur potentiel de vieillissement et de leur profil gustatif exceptionnel.

À Bordeaux

Le millésime 1990 est marqué par des caractéristiques surprenantes et uniques. D’une part, il se distingue par une productivité exceptionnelle, rivalisant avec les années 1986 et 1989 en termes de rendements élevés. D’autre part, il met en lumière le rôle crucial des décisions prises par les vignerons, car ce millésime a été fortement influencé par des aléas climatiques. Malgré un climat exceptionnellement chaud, avec des mois d’avril à juin et un été marqués par des températures élevées, le mois de septembre a joué un rôle décisif dans la qualité des vins. Ce mois crucial a été marqué par des averses répétitives et des orages, entraînant des inondations dans certaines parties du vignoble bordelais.

Cependant, les pluies de septembre ont été bénéfiques pour les vignes qui avaient souffert de la sécheresse estivale. Les vendanges ont alors été déterminantes pour la qualité des vins. Les vignerons ayant attendu une maturité optimale ont pu profiter de l’hydratation des vignes, obtenant ainsi des raisins équilibrés et de meilleure qualité. Cette situation climatique a divisé le vignoble bordelais en deux catégories : les sols plus concentrés et lourds ont mieux retenu l’eau, produisant des vins plus corsés, tandis que les terroirs aérés avec un drainage efficace ont été moins favorisés.

En conséquence, les appellations telles que Saint-Estèphe, Saint-JulienPomerol et les plateaux de Saint-Emilion ont réussi à tirer parti de ces conditions et ont produit des vins plus riches. En revanche, les régions de Graves et de Margaux ont été moins privilégiées en raison de leurs terroirs plus drainants. Malgré ces défis climatiques, le millésime 1990 a donné naissance à des vins remarquables, offrant une variété de profils en fonction des décisions éclairées des vignerons et des spécificités de chaque terroir.

  • Rouges rive gauche : exceptionnel
  • Rouges rive droite : exceptionnel
  • Blancs secs : exceptionnel
  • Blancs liquoreux : exceptionnel

En Bourgogne

En Bourgogne, le millésime 1990 se distingue par sa grande qualité, malgré des débuts incertains. La lutte contre la coulure et le millerandage a posé des défis aux vignerons. Cependant, après des mesures telles que la vendange en vert et la sélection des fleurs, les conditions météorologiques ont contribué à ce miracle. Contrairement à la norme en Bourgogne, le millésime 1990 offre des vins fruités et fins dans leur jeunesse, mais avec le temps, ils se développent en vins puissants et profonds à la couleur intense. Les choix de bouteilles sont cruciaux, notamment en privilégiant les vins rouges de la Côte de Nuits. Les Vosne-Romanée se distinguent par leur puissance, tandis que les Chambolle-Musigny charment par leur finesse soyeuse.

Les vins blancs du millésime 1990 sont également très bons, bien que certaines productions trop abondantes aient abouti à des raisins insuffisamment mûrs pour créer des vins concentrés. Globalement, les vins de ChablisMeursault et Puligny-Montrachet se sont bien comportés. Toutefois, l’appellation Corton-Charlemagne se démarque avec un millésime exceptionnel.

  • Rouges : exceptionnel
  • Blancs : très grand

7 résultats affichés

Trier :
Voir :