1993

Dans tout l’Hexagone

Le millésime 1993 en France a été caractérisé par des conditions climatiques défavorables, ce qui a eu un impact sur la qualité globale des vins produits cette année-là.

Dans la plupart des régions viticoles françaises, le millésime 1993 a été marqué par des conditions météorologiques difficiles. Les vignobles ont été confrontés à des gelées printanières, des températures anormalement froides et des pluies excessives tout au long de la saison de croissance. Ces conditions climatiques ont entravé le cycle végétatif de la vigne, retardant la floraison et la maturation des raisins.

Les vendanges ont également été affectées par ces conditions, car les raisins n’ont pas pu atteindre une maturité optimale en raison de la météo peu clémente. En conséquence, les vins produits en 1993 ont généralement présenté des caractéristiques moins souhaitables en termes de maturité des raisins, de concentration des saveurs et de structure.

Le millésime 1993 a été considéré comme difficile pour la plupart des régions viticoles françaises. Les vins rouges ont souvent été décrits comme légers en couleur et en corps, avec une acidité plus élevée que la normale. Les vins blancs ont également été affectés, avec une acidité plus marquée et un manque de complexité aromatique.

À Bordeaux

Le millésime 1993 se distingue comme une année tout à fait singulière, mettant en évidence le fait que chaque année est unique et qu’il est préférable de ne pas tirer de conclusions hâtives, que ce soit en bien ou en mal.

Le début de la saison viticole se déroule favorablement, avec des mois d’avril, mai et juin présentant des conditions typiques. La croissance de la vigne progresse sans encombre, sans précipitation ni précocité. Par la suite, le mois de juillet connaît des périodes de chaleur marquée, surpassant les normales saisonnières, et août suit avec un ensoleillement et une chaleur exceptionnels. Jusqu’à présent, tout semble se passer favorablement. Les vignerons gardent à l’esprit les millésimes 1991 et 1992 qui ont été marqués par des pluies abondantes ayant eu des conséquences désastreuses pour les vignobles bordelais.

Cependant, cette année, les ennuis commencent dès la deuxième semaine de septembre avec l’arrivée progressive de fortes pluies. Les critiques ne tardent pas à affirmer que les précipitations de 1993 sont les plus abondantes des trois dernières décennies. Une note positive dans ces mauvaises nouvelles réside dans le fait que le temps sec et frais empêche le mildiou de se propager sur les raisins et de causer la pourriture. Lors des premières dégustations, les vins de 1993 se révèlent plus riches et plus profonds que leurs deux prédécesseurs immédiats.

  • Rouges rive gauche : exceptionnel, millésime du siècle
  • Rouges rive droite : exceptionnel
  • Blancs secs : très grand
  • Blancs liquoreux : faible

En Bourgogne

Après une année relativement favorable pour les viticulteurs bourguignons, le millésime 1993 apporte un changement complet et pose des défis aux propriétaires. Bien que le début de la saison de croissance soit de bonne qualité, caractérisé par un développement uniforme de la vigne, la suite s’avère moins favorable. Le début de l’été bénéficie d’un ensoleillement généreux, favorisant la croissance des raisins. Cependant, des épisodes de pluie viennent interrompre cette progression, créant une distinction entre les chanceux qui échappent aux averses et les autres qui doivent composer avec elles. Malgré tout, la majorité des viticulteurs parviennent à s’en sortir convenablement. Le Pinot Noir est récolté sous des conditions ensoleillées et propices.

Les vins rouges, arborant une belle couleur, présentent un potentiel prometteur et évolueront favorablement avec le temps. En ce qui concerne les vins blancs, ils ont bénéficié d’un démarrage précoce de la maturité en début d’été, ce qui leur confère une profondeur supplémentaire.

  • Rouges : très bon
  • Blancs : très bon, meilleur en blanc

22 résultats affichés

Trier :
Voir :