1995

Dans tout l’hexagone
Le millésime 1995 a été caractérisé par un cycle végétatif bien équilibré. Les vignobles ont bénéficié d’un printemps relativement chaud et sec, suivi d’un été ensoleillé et chaud. Ces conditions ont permis une floraison et une véraison (changement de couleur et maturation des raisins) homogènes, favorisant une maturation progressive des raisins et une concentration optimale en sucre et en arômes. Les températures modérées durant l’été ont contribué à préserver l’acidité des raisins, assurant un équilibre important dans les vins finaux.

1995 a été un moment privilégié pour la viticulture, produisant des vins rouges et blancs d’une qualité extraordinaire. Ces vins se distinguent par leur concentration, leur équilibre et leur potentiel de garde. Les vins de ce millésime continuent d’impressionner les amateurs et les connaisseurs par leur complexité et leur élégance, et ils restent parmi les joyaux du monde viticole français.

À Bordeaux

En 1995, le Merlot est à l’honneur, en particulier sur la rive droite où les vins dominent dans les premières années.

D’un point de vue climatique, l’année a été relativement aisée à gérer. Un hiver doux accompagné de quelques précipitations a initié un débourrement précoce et uniforme. La floraison a débuté en mai sans être perturbée par quelques légères averses qui n’ont pas affecté le développement de la vigne. De juin à août, les températures élevées et le temps sec laissaient craindre une sécheresse qui aurait pu entraver la maturation des raisins. Heureusement, cela ne s’est pas produit, et le cycle précoce de la vigne a permis des vendanges précoces. Malgré quelques précipitations tardives, les vignerons ont pu récolter à temps. De plus, les vins du millésime 1995 sont d’une grande qualité, notamment sur la rive droite où les Merlot, cépage précoce, ont été récoltés plus tôt. Les vins avec une plus grande proportion de Cabernet Sauvignon sur la rive gauche ont mis plus de temps à mûrir, mais ils sont devenus de bons compagnons de table après avoir gagné en équilibre, en fruité et en texture.

Par ailleurs, les vins blancs de 1995 sont également de haute qualité. Les vins à base de Sauvignon bénéficient du bon millésime pour produire des vins puissants et minéraux qui méritent d’être appréciés. Les vins liquoreux profitent également d’une fin de saison propice pour donner naissance à des vins sucrés et profonds, dotés d’un potentiel de garde important. Les meilleurs d’entre eux peuvent encore être conservés avec succès.

Rouges rive gauche : excellent
Rouges rive droite : excellent
Blancs secs : excellent
Blancs liquoreux : excellent

En Bourgogne

Les vins de Bourgogne se distinguent également par leur qualité exceptionnelle en 1995.

Sans entrer dans les détails du cycle végétatif complet de la région, il est important de noter que les raisins ont bénéficié, tout comme à Bordeaux, d’un ensoleillement abondant, de chaleur et de sécheresse modérée, des conditions parfaites pour favoriser la maturation optimale des raisins.

Globalement, la région a produit d’excellents vins, bien que les vins rouges de la Côte de Nuits se démarquent légèrement en présentant une plus grande profondeur et une acidité plus marquée, leur conférant un potentiel de vieillissement plus prometteur. Les vins rouges de Beaune, quant à eux, se caractérisent par leur “finesse”, offrant une délicatesse, une souplesse et un beau fruité. Aussi, les Grands Crus se distinguent par leur complexité, et bien qu’ils commencent à peine à être dégustés à leur apogée, ils promettent une grande expérience de dégustation. Les vins blancs, tout aussi concentrés, gagneront en ouverture avec le temps.

En somme, le millésime 1995 en Bourgogne est un choix sûr et mérite d’être exploré sans hésitation.

Rouges : grand
Blancs : grand

11 résultats affichés

Trier :
Voir :