1996

Dans tout l’Hexagone
Le millésime 1996 a été marqué par des conditions climatiques globalement favorables pour la viticulture. Les vignobles ont bénéficié d’un printemps relativement chaud et sec, ce qui a permis un démarrage précoce du cycle végétatif de la vigne. L’été qui a suivi a été caractérisé par des températures modérées, évitant les excès de chaleur qui pourraient causer du stress aux vignes. Les mois de septembre et d’octobre ont également été cléments, avec des journées ensoleillées et des nuits fraîches, offrant des conditions idéales pour la maturation lente et progressive des raisins.

1996 a été largement célébré pour sa qualité exceptionnelle, tant pour les vins rouges que pour les vins blancs. Les conditions climatiques favorables ont permis aux raisins de mûrir de manière optimale, créant des vins avec une profondeur, une complexité et une élégance notables. Les vins de ce millésime continuent de susciter l’admiration des amateurs et des connaisseurs, offrant une expérience de dégustation exceptionnelle et un potentiel de vieillissement prolongé.

À Bordeaux

Chaque année apporte sa touche unique au monde du vin, et l’année 1996 ne fait pas exception à cette règle, révélant le charme et la variété infinis du vin. Ce millésime se distingue par sa belle qualité, bien que les différences d’évolution par rapport à l’année précédente soient marquantes. Si le millésime 1995 était marqué par le Merlot, cette fois-ci, c’est le Cabernet Sauvignon qui est à l’honneur. Souvent sous-estimé malgré son rôle central dans les assemblages bordelais, ce cépage est la colonne vertébrale et la structure de vins exceptionnels. Pourtant, créer un grand millésime n’était pas acquis d’avance. Les mois de mai et juin se passent sans encombre, favorisant la floraison. Cependant, l’été présente des défis en raison de son irrégularité, ce qui empêche le raisin d’atteindre la maturité de 1995. Une évolution spectaculaire des raisins ne survient qu’en septembre, permettant des niveaux de maturité impressionnants.

Le Cabernet Sauvignon, considéré comme « éclat, pureté, puissance et finale douce » par Paul Pontallier, se démarque sur ce millésime, mais les autres cépages, y compris le Merlot, s’en sortent également très bien. Ils donnent naissance à des vins puissants et concentrés. L’année 1996 est également notable pour le vignoble de Saint-Émilion en raison de la révision de la classification des grands crus. Globalement, bien que l’année ait été prometteuse dans l’ensemble du vignoble, la rive gauche de la Garonne s’est distinguée grâce à sa prédominance en Cabernet Sauvignon dans les assemblages. Les vins de Saint-Estèphe, Pauillac et Saint-Julien sont particulièrement remarquables. Les vins de ce superbe millésime sont encore abondants, offrant aux amateurs la chance de découvrir ou redécouvrir leur excellence.

Rouges rive gauche : très grand
Rouges rive droite : très grand
Blancs secs : très grand
Blancs liquoreux : très grand

En Bourgogne

Le millésime 1996 se présente en continuité avec l’année précédente, 1995. Il partage la même approche en termes de production, de décisions et de qualité. Malgré quelques inquiétudes parmi les vignerons, le millésime a finalement abouti à une production relativement généreuse, saine et de haute qualité.
Le départ en Bourgogne est prometteur, avec un mois de mai agréable suivi d’un ensoleillement en juin favorable à la floraison précoce. Cependant, le mois de juillet est un peu moins clément, avec des précipitations entravant le développement du raisin. Heureusement, août et septembre se caractérisent par des conditions chaudes et sèches, idéales pour la maturation des raisins. Cette période permet aux raisins de gonfler, d’acquérir une acidité équilibrée et une peau épaisse. Ces conditions favorables sont observées dans l’ensemble de la Bourgogne pour les vins rouges et blancs, bien que les vins blancs soient légèrement plus complexes.
Il n’y a pas de disparité notable entre les sous-régions. Les vins rouges des Côtes de Nuits sont aussi remarquables que ceux de la Côtes de Beaune. En Côtes de Nuits, les Gevrey-Chambertin 1996 se révèlent puissants avec des tannins riches et une note d’épices en bouche. Les vins de Vosnes-Romanée se distinguent particulièrement. Les Côtes de Beaune offrent de beaux rouges sur Pommard et Volnay, avec les Aloxe-Corton qui n’ont rien à envier. Les vins blancs de Chablis se distinguent par leurs Chardonnays exceptionnels, notamment ceux du domaine Dauvissat et du domaine Alice et Olivier de Moor.
Dans l’ensemble, le millésime 1996 est une réussite, offrant des vins purs et de grande qualité. Si vous avez la chance de trouver une bouteille de 1996, il est recommandé de la déguster, car ce millésime est vraiment prometteur et les vins sont d’une grande finesse.

Rouges : très grand
Blancs : excellent

13 résultats affichés

Trier :
Voir :