1998

Dans tout l’Hexagone

Le millésime 1998 a été caractérisé par des variations climatiques notables. Le printemps a débuté de manière précoce dans certaines régions, favorisant une floraison anticipée et un début de croissance prometteur. Cependant, des périodes de pluie ont également été observées, ce qui a entraîné des inquiétudes quant à la santé des vignes et au risque de maladies. En été, les températures ont été plutôt fraîches et les précipitations ont persisté dans certaines régions, influençant la maturation des raisins.
Les conditions climatiques variées ont entraîné une diversité de résultats dans les différentes régions viticoles. Si les vins rouges ont souvent été loués pour leur élégance et leur finesse, ils peuvent varier en fonction des décisions prises par les vignerons face aux défis climatiques. Les vins blancs ont généralement été plus constants en termes de qualité, bénéficiant de l’acidité préservée. Comme pour tout millésime, la clé réside dans la compréhension des caractéristiques spécifiques de chaque vin et de chaque domaine pour apprécier pleinement la gamme de vins produits en 1998 en France.

À Bordeaux

Le millésime 1998 présente des similitudes avec celui de 1997 et dévoile une qualité globalement bonne, malgré des défis climatiques similaires en septembre. Le début de la saison de croissance de la vigne est prometteur et uniforme à travers les vignobles. La floraison et la véraison se déroulent favorablement, portant la promesse d’un millésime exceptionnel. Les mois ensoleillés de mai et juin favorisent le développement des raisins. À la fin d’août, les grappes sont mûres, en particulier les merlots qui arborent une peau épaisse due à l’exposition au soleil. Les pluies abondantes de septembre mettent à l’épreuve la maturité des raisins, mais grâce à leur peau épaisse, leur qualité sanitaire est préservée. Les vignobles de renom pratiquent une sélection rigoureuse pour garantir la qualité, réduisant les rendements mais assurant un niveau élevé.

Les vignobles de la rive gauche, y compris Margaux et Pessac-Léognan, se portent bien dans l’ensemble. Cependant, les vins de Margaux et Pessac-Léognan révèlent une certaine richesse en comparaison avec leurs homologues de la rive.

Que ce soit à Pomerol ou à Saint-Émilion, le merlot, cépage précoce, offre des vins riches en arômes et en onctuosité. Pour les amateurs de grands vins, quelques bouteilles exceptionnelles sont à découvrir.

Malgré des conditions météorologiques complexes en septembre, le millésime 1998 a produit des vins de qualité, marqués par une sélection minutieuse et des caractéristiques spécifiques à chaque région.

  • Rouges rive gauche : très grand
  • Rouges rive droite : très grand
  • Blancs secs : bon
  • Blancs liquoreux : grand

En Bourgogne

Le millésime 1998 se révèle être un millésime dépendant des compétences des vignerons et parfois de la chance, nécessitant une sélection minutieuse des bouteilles en raison des conditions météorologiques imprévisibles. Le cycle de croissance de la vigne suit une progression typique, avec une apparition progressive du soleil. Cependant, des pluies conséquentes viennent compliquer la tâche des viticulteurs, créant un défi supplémentaire dans les vignobles, à l’instar de Bordeaux.

Ces précipitations ont engendré une qualité de vin variable. Parmi les vins rouges, la Côte de Nuits se distingue avec des vins présentant une belle couleur et une intensité appréciable. Toutefois, une sélection minutieuse est de mise, car certaines régions ont été touchées par des pluies excessives, entravant la maturité optimale des raisins. Les Pinot Noir issus de ces zones pourraient ainsi être légers et souples avec une finale fraîche pour les moins réussis, tandis que d’autres afficheraient une texture plus riche et une bouche plus pleine.

Le même scénario s’applique aux vins blancs. Des appellations de la Côte de Beaune ont subi des épisodes de grêle, endommageant les raisins et obligeant les vignerons à trier minutieusement pour préserver un jus de qualité. Les blancs de Chablis conservent leur fraîcheur distinctive, tandis que les vins situés plus au sud se révèlent bien équilibrés, riches et dotés d’un potentiel de vieillissement prometteur.

  • Rouges : très bon
  • Blancs : très bon

12 résultats affichés

Trier :
Voir :