2010

Dans tout l’Hexagone

Le millésime 2010 en France est largement considéré comme exceptionnel pour la production de vins. Il a été marqué par des conditions climatiques favorables dans de nombreuses régions viticoles, ce qui a abouti à la création de vins de haute qualité avec un potentiel de vieillissement exceptionnel.

Le printemps relativement sec et chaud, a permis un débourrement précoce et homogène de la vigne. Cette avance a été maintenue tout au long de la saison de croissance grâce à des températures estivales modérées et des nuits fraîches, favorisant une maturation lente et complète des raisins. Les pluies ont été bien réparties tout au long de l’année, évitant les problèmes de sécheresse ou d’excès d’eau.

L’une des caractéristiques clés du millésime 2010 a été l’excellent équilibre entre la maturité des raisins en termes de sucre, d’acidité et de composés phénoliques. Cela a permis de produire des vins dotés d’une concentration intense en arômes et en saveurs, tout en conservant une acidité vive qui leur donne une structure et une fraîcheur exceptionnelles.

À Bordeaux

Le millésime 2010 s’est distingué malgré la tâche ardue de succéder au remarquable millésime 2009. Néanmoins, il a réussi à se démarquer en offrant des raisins bien mûrs et des rendements satisfaisants. Bien qu’il soit légèrement en retrait par rapport à 2009, l’année 2010 s’inscrit parmi les grands millésimes.

Les conditions météorologiques idéales ont favorisé le développement des raisins tout au long du cycle de la vigne. Le mois d’avril, bien qu’ensoleillé mais sec, a retardé le débourrement végétatif jusqu’à la fin du mois. La floraison, survenue entre mai et juin lors d’une période humide, a engendré une légère coulure sur certains merlots, mais sans pertes majeures. Les mois de juillet et août ont été parfaits pour les grappes de raisins, bénéficiant d’un ensoleillement abondant, tout en soumettant les vignes à un stress hydrique exigeant pour atteindre la maturité optimale. Le point culminant s’est produit début septembre avec des pluies abondantes, conduisant à une maturité équilibrée dans l’ensemble du vignoble.

Le millésime 2010 s’accorde généralement avec les appellations de la rive gauche, avec des réussites notables dans les Graves, Pessac Léognan et Pauillac. Du côté de la rive droite, la sélection des châteaux est cruciale. Comme mentionné précédemment, le millésime a dû faire face à des maladies et à la coulure, ce qui a mis à l’épreuve les merlot. Cependant, un été exceptionnel similaire à celui de la rive gauche a permis au cabernet et au merlot résistants d’atteindre une maturité parfaite.

  • Rouges rive gauche : exceptionnel
  • Rouges rive droite : exceptionnel
  • Blancs secs : exceptionnel
  • Blancs liquoreux : exceptionnel

En Bourgogne

 Le millésime 2010 en Bourgogne a été marqué par des défis majeurs pour les vignerons. Malgré des débuts difficiles avec des gelées en décembre et des pluies en mai et juin, l’été a été crucial pour rattraper le retard. Juillet a été chaud mais sec, impactant le développement des raisins jusqu’à mi-août, lorsque des pluies bienvenues sont enfin arrivées. En septembre, des pluies et des orages ont causé des problèmes de maladies et ont nécessité un tri minutieux pendant les vendanges. Les vignobles de Côte de Nuits et de Beaune ont été touchés, mais les faibles rendements ont permis d’obtenir des raisins concentrés. Le millésime 2010 est caractérisé par sa souplesse, sa fraîcheur et son expression unique des terroirs.

  • Rouges : exceptionnel
  • Blancs : exceptionnel

12 résultats affichés

Trier :
Voir :