2019

Dans tout l’Hexagone

2019 fut un millésimé chaud et sec, on risqua la grillure des baies dans plusieurs régions, qu’elles soient septentrionales ou bien méridionales. De plus, après un hiver plutôt doux, le printemps amena quelques épisodes de gels au nord de Lyon. 2019 fut globalement plus facile pour le travail des vignerons que 2018, puisque un peu plus modéré au niveau des écarts de températures. Les vins qui en résultent sont expressifs, puissants et bien structurés, suivant les régions ils sauront s’apprécier plus ou moins jeunes.

À Bordeaux

En 2019, Bordeaux continue sa tradition de réussite lors des années en “9”. Le climat de cette année a été plus clément que celui de 2018, marquée par une épidémie de mildiou. Malgré un hiver doux, le printemps frais a évité une fin de saison précoce pour les vendanges. Malgré des alertes de gel en avril et mai, les pluies opportunes en juillet, août et début septembre ont apporté fraîcheur et vitalité aux raisins.

Les vins rouges de 2019 sont considérés comme excellents, s’inscrivant dans la lignée des grands millésimes comme 2018, 2016 et 2015. Les niveaux d’alcool, qui ont été un problème récent pour Bordeaux, sont mieux maîtrisés en 2019. Les vins présentent une belle maturité, richesse et densité, rappelant le millésime de 2009. Cependant, certains producteurs ont créé des vins trop puissants et alcooleux, avec des tanins durs.

Les blancs secs de 2019 sont également remarquables, avec une excellente santé des raisins et une acidité préservée malgré la chaleur. Les vins allient fraîcheur et densité, surpassant les millésimes précédents.

La production de vins liquoreux a été difficile et en faible quantité. La plupart des châteaux ont récolté en une seule fois entre le 8 et le 13 octobre en raison de pluies abondantes à partir du 14 octobre. Les vins liquoreux de 2019 sont nets, frais, harmonieux et intenses, rappelant le style des vins de 2015 mais avec plus de pureté.

  • Rouges rive gauche : grand, légèrement meilleur qu’en rive droite
  • Rouges rive droite : grand
  • Blancs secs : très grand
  • Blancs liquoreux : grand

En Bourgogne

En 2019, les vignerons de Bourgogne ont été confrontés à des défis climatiques variés et parfois difficiles. Malgré des conditions capricieuses, les vendanges ont bénéficié d’un bon climat, produisant des raisins de haute qualité. Les jus de raisin ont étonné avec une acidité bien préservée, attribuée à des nuits fraîches et des rosées abondantes en fin de mûrissement, renforcées par des pratiques viticoles exigeantes, notamment en bio et en biodynamie.

Dans l’ensemble, les vins rouges semblent surpasser légèrement les blancs. Les pinots noirs de 2019, moins charnus que ceux de 2018, offrent des jus frais et concentrés, riches en fruits et séduisants dans leur jeunesse. Malgré cela, leur acidité naturelle les prédispose à un vieillissement prometteur. Les vins de la Côte de Nuits, la Côte de Beaune et la Côte Chalonnaise se distinguent par leurs qualités homogènes, caractérisées par des tannins souples et un fruité frais et attrayant.

Les vins blancs sont plus susceptibles de déséquilibre dans un millésime ensoleillé, nécessitant une attention rigoureuse tant à la vigne qu’en cave pour maintenir une tension et éviter une acidité trop faible, comme cela s’est produit en 2018. Chez les meilleurs producteurs, les chardonnays restent de haute qualité, avec des textures denses et fruitées, associées à une fraîcheur suffisante pour une belle expérience de dégustation.

  • Rouges : Grand, légèrement au-dessus des blancs
  • Blancs : Grand

Affichage de 1–24 sur 62 résultats

Trier :
Voir :